De l’art de s’encrer

De l’art de s’encrer : rencontre avec Marlène Le Cidre, tatoueuse.

« Je la connaissais de nom, et puis j’ai découvert son parcours dans ma voiture, en écoutant le podcast #LeGratin de Pauline Laigneau.
J’ai adoré ses tatouages graphiques, poétiques, sa vision de l’art et sa multi potentialité (cachée ?)

Mais ce que j’ai le plus aimé c’est son slogan « Parce que l’encre reste ». L’encre du tattoo, de la plume, je la crois aujourd’hui profondément garante de l’immortalité de nos émotions.

Ça m’a aussi rappelée à ce que j’apprécie le plus chez les gens : leurs ancres. Celles qui les tiennent debout, vivants, dans chaque tempête, et au gré des marées. Celles qui nous permettent d’être les deux pieds sur Terre, pour mieux laisser notre esprit libre de voler avec nos rêves. Alors voilà, j’ai lu plusieurs interviews, mais j’avais encore des questions sans réponse… pour élucider l’énigme de l’artiste Marlène Le Cidre.
Rencontre ».

Laisser un commentaire

0
Votre panier